Menu

Biographie

14 janvier 2011 | Présentation |

Cyril Carau est né en janvier 1971 dans la cité phocéenne. Il a créé l’Abstraïsme en 1988 en réponse à une sorte d’exigence, de probité artistique et pour résoudre des problèmes typiquement picturaux. Parallèlement, cette période voit la naissance de ses premiers écrits, essentiellement des poèmes et des réflexions philosophiques.

« L’objectif était de peindre le réel tel qu’en lui-même, en s’affranchissant du problème de la représentation, notamment en mettant un terme aux apories qui grèvent la peinture abstraite. D’où le nom d’abstraïsme donné a ce mouvement qui n’en est pas un à proprement parler. Il se révèle plutôt comme une agrégation d’individualités qui se retrouve sur des thèmes et des objectifs communs. Car des écrivains, des architectes, des poètes, des photographes, des plasticiens et des cinéastes ont partagé à un moment donné l’aventure abstraïste. »

Cyril Carau a étendu plus loin cette esthétisation du monde par l’appui du Texte soit de façon philosophique, soit de façon plus métaphorique par la littérature de genre et le théâtre. C’est à cette période, fin des années 80, que Cyril Carau écrit sa première pièce de théâtre intitulée Fragments. Durant la décade suivante, il élabore Les écritures magnétiques et commence son cycle du Graal (les romans: Juste un souvenir et La halte au voyage ; la série de tableaux : Perceval et Le rêve du Graal). Il entame également des études de philosophie à l’Université de Provence. Durant cette période il rédige deux longs essais d’épistémologie : la notion de progrès scientifique et le problème de l’incommensurabilité des paradigmes chez Thomas Kuhn et Paul Feyerabend, puis les naissances de la pensée (essai sur les divers types de rationalité). Il commence aussi à écrire ses premiers scénarios (Le don de soi) de longs et de courts-métrages. Sa rencontre avec Tony Coppola au milieu des années 90 l’amène à la réalisation de courts-métrages puis d’essais de longs-métrages. C’est au début de l’année 2000 que l’aventure des films créatistes peut alors commencer…

C’est à la fin 2005 qu’il fait la connaissance de celle qui sera sa muse et sa compagne, Elie Darco. Depuis, ensemble ils ont publié un recueil de nouvelles illustrées (Masques de Femmes aux éditions du Calepin Jaune en 2009), partagé les aventures OutreMonde, Ananké et Sombres Rets.

Simultanément peintre, dessinateur, novelliste, romancier, dramaturge, aède, photographe, monteur, cinéaste, scénariste, Cyril Carau abolit toute séparation dans le champ de la création. « Vomissant l’esthétique de l’art pour l’art qui n’est qu’une façon détournée de servir les différents pouvoirs en place et de facto participer de façon lamentable à la décomposition nihiliste de la société barbare, j’ai souhaité et souhaite encore faire de mon œuvre un acte de guerre politique contre toutes les formes d’asservissements. »

Conscientisation et plaisir, création et jouissance, humanisme et civilité, rire et pied de nez à la bêtise autant de thèmes qui lui sont chers. Tout le reste à ses yeux n’est qu’esclavage déguisé !

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:z :x :wink: :twisted: :super: :s :rose: :oops: :o :no :mrgreen: :mdr: :love: :lol: :ecrit: :dance: :cry: :calin: :bravo: :bisou: :beer: :ange: :P :) :( :! 8)